Les Genevois sont snobs, les Valaisans bornés, les Neuchâtelois peu sûrs d’eux et les Fribourgeois très accueillants.

Le canton de Vaud offre quant à lui une excellente qualité de vie. Tels sont une partie des résultats d’une étude menée en partenariat entre l’Université de Zurich et l’entreprise de conseil Campaignfit, visant à définir l’image de chaque canton. C’est plus de 7200 suisses, dont deux tiers d’hommes, qui ont répondu à un questionnaire entre septembre et octobre l’année dernière sur tout le territoire national.

L’article: Le Matin.

La recherche visait à définir l’image de chaque canton

L’étude, qui se base sur des critères subjectifs, compare les cantons suisses sur 13 critères que sont notamment le snobisme, l’indépendance, le caractère borné ou encore la notoriété. Et elle confirme quelques stéréotypes connus, relève La Liberté.

Genève, avec Zurich, sont les plus connus et donnent l’image d’être des cantons sûrs d’eux. A noter qu’ils arrivent également en tête pour ce qui du snobisme! A l’inverse de Fribourg qui, dernier du classement, est tout sauf hautain. Tout comme Neuchâtel et le Jura d’ailleurs.

Vaud, Jura et Genève sont considérés comme des cantons jeunes, cool et à la mode. D’ailleurs, sur ce point-là tous les Romands s’en sortent bien en arrivant dans la première moitié du classement. En revanche, ils se retrouvent en queue de peloton pour ce qui est du caractère borné. A l’exception du Valais qui est perçu comme «moins avancé, peu ouvert et mesquin». Le canton se rattrape en arrivant troisième sur l’échelle de l’unicité, qui classe les cantons en fonction de leur beauté. Vaud décroche quant à lui la palme des romands en matière de sympathie et de qualité de vie. Alors que Fribourg est considéré comme le canton le plus accueillant pour les familles après le Tessin. Sur ce point, Genève se retrouve dernier du classement.

«Cela permet aux cantons de savoir comme ils sont perçus, et si l’image que les gens ont d’eux correspond à leurs stratégies», explique Tobias Heilmann de campaignfit / l’Institut de psychologie sociale et économique de l’Université de Zürich. «Ainsi les gouvernements, les organisations ou les agences de tourisme peuvent affiner leur communication.»